L’essor d’offres interculturelles dans les bibliothèques suisses

04.12.2018 | Par Therese Salzmann | Divers | Bibliothèque et migration | Diversité culturelle | Interbiblio | Offres pour personnes allophones | Organisations partenaires

Petit historique

Par Therese Salzmann
Therese Salzmann a travaillé en tant qu’enseignante primaire avant d’entamer des études de slavistique, d’histoire de l’Europe orientale et de sociologie à l’Université de Bâle. Après avoir obtenu sa licence, elle a, entre autres, travaillé dans le secteur du livre. De 2006 à 2015, elle a travaillé pour l’Institut Suisse Jeunesse et Médias à Zurich, s’engageant pour l’encouragement de la lecture. Depuis décembre 2015, elle assure le secrétariat d’Interbiblio. Depuis le 1er février 2019, elle est également coordinatrice des bibliothèques de lecture publique du canton de Fribourg.
En mettant à disposition des médias dans les principales langues parlées dans une région, une bibliothèque interculturelle reflète la diversité linguistique et culturelle de son environnement et constitue un lieu de rencontre et d'échange interculturel.
 
En Suisse, cette idée s’est concrétisée pour la première fois à Renens, il y a 30 ans : parents et enseignant-e-s ont collecté des livres dans leurs langues maternelles, les ont mis à la disposition d'autres personnes intéressées et ont organisé des réunions : voilà comment la bibliothèque Globlivres est née. Dans les années 1990, à Bâle, Zurich, Thoune, Genève, Neuchâtel et Berne, d'autres personnes engagées se sont inspirées de cet exemple pour fonder des associations et créer des bibliothèques. 
 
Globlivres
 
En 1993, Globlivres et JUKIBU, la bibliothèque interculturelle de Bâle, se sont associés pour former une association faîtière (Livres sans frontières) afin de bénéficier des subventions octroyées par l'Office fédéral de la culture, qui s’est montré prêt à soutenir ces nouvelles initiatives.
 
Le nombre des membres affiliés à Lives sans frontières n'a cessé d'augmenter au fil des ans. Plusieurs bibliothèques interculturelles sont nées grâce à des initiatives privées. Gérées de façon professionnelle, certaines d’entre elles – par exemple LivrEchange à Fribourg – ont réussi à s’établir solidement, alors que d'autres – comme IKUBO à Olten – ont dû fermer leurs portes.
 
Fatou Diome (LivrEchange Fribourg) Bachtyar Ali (PBZ Hardau Zürich)

En 2003, Winterthur a été la première bibliothèque publique à rejoindre l’association faîtière. Peu de temps après, d’autres bibliothèques (Saint-Gall, Zurich, Baden) ont suivi son exemple. En développant leur offre interculturelle, elles n’ont pas seulement pu bénéficier de subventions fédérales mais aussi de l'expérience des autres membres.
 
Depuis 2012, l'association faîtière des bibliothèques interculturelles s'appelle Interbiblio. S’engageant en faveur de ses 20 bibliothèques membres, situées dans toutes les régions linguistiques de Suisse, l’association continue à bénéficier du soutien de l'Office fédéral de la culture qu’elle utilise pour une riche palette de services proposés à la fois aux bibliothèques membres, qui ne reçoivent plus de subventions directes.
 
Les bibliothèques publiques évoluent ... vers l'interculturel !
Actuellement, huit des vingt membres d'Interbiblio sont des bibliothèques publiques. Deux de ces bibliothèques – Bibliothek der Kulturen à Frauenfeld et vossa lingua à Coire – ont d'abord été gérées par des associations indépendantes avant de s’associer, en 2018, à la bibliothèque cantonale, respectivement municipale. A Bâle, JUKIBU est également sur le point de fusionner avec la GGG Stadtbibliothek. Ceci montre clairement que dans les bibliothèques de lecture publique une tendance vers l'ouverture se fait sentir, qui peut mener à une coopération plus étroite, voire à une fusion avec une bibliothèque interculturelle privée. Mais il y a aussi des bibliothèques de lecture publique qui ont elles-mêmes commencé à mettre en place – souvent avec l'aide de migrant-e-s engagé-e-s – des offres interculturelles, bénéficiant des collections proposées par Bibliomedia ou certains membres d’Interbiblio.
 
Interbiblio est prêt à accueillir de nouveaux membres qui souhaitent bénéficier de ses services. Mais de nombreuses offres sont aussi ouvertes à des bibliothèques non affiliées. (Voir l’article Centre de compétence en matière d’offres interculturelles)
 
Therese Salzmann, secrétariat Interbiblio